ktha compagnie

Dans la neige électronique avec la machine qui vient

Création 2003

Premier volet du triptyque la machine qui vient

Une femme se tient debout devant les spectateurs, elle leur sourit, les regarde et se laisse regarder. Un carré rose derrière elle, écran flou qui reflète, qui diffuse le regard d’une autre. Elle porte, habillée pour l’occasion, une robe plurale, asymétrique, créée à partir de fragments de costumes familiers; immaculée, décolorée, un camaïeu de blancs vierges de ce qu’on peut y projeter. Elle prend sa voix et puis celle d’autres, présentateur d’un hypothétique talk-show, manager, employeur… Elle se syncope, se découpe, s’ouvre à ceux qui sont devant elle…

(Moi), figure de désillusion, figure d’espoir, égarée partout, en vous. Abîmée sans cesse. Dans la neige électronique avec la machine qui vient est le descriptif d’une disparition. D’un refus du divertissement garanti, du minimum de survie. Par épuisement, par choix. Comme soudain cheminer à contre-sens dans les couloirs du métro, perdue, ne voyant du monde que l’envers de ses signalétiques. Oubliée. Le sens s’efface. Parmi les encarts d’infos, les distributeurs de publicité. Repérant tous les parcours, ci et là les raccourcis, chemins sans issue, toujours perdue. Passent. Les gens passent. Autour. Des itinéraires qui se superposent, se dessinent, schémas du quotidien, le sien, le mien, traces au sol. Conduits, circuits, sens balisés, sens balisés, sens balisés, multiplexés, dirigés, fléchés, cadrés, maximisés. (Moi) Madame H : Divergence sans lieu, épuisée dans l’envers signalétique.

[…] J’avais pensé devenir un être normal
Normal comme vous l’entendez
C’est-à-dire dingue
Propre
Souriante
Blanche
Je me suis perdue dans votre néant
Dans vos images
Vos hypermarchés, vos métros, vos contrats de qualification, vos administrations, vos circuits, vos paraboles, vos primes
Ici même
Plus de mots
Plus personne
Un désert électronique
En temps réel
Ici même
Le sourire aux lèvres
A 7 300 francs par mois
Folle à lier […]

Dans la neige électronique avec la machine qui vient de Christophe d’Hallivillée est publié aux éditions sens&tonka

Une femme, seule. un instantané de la société de consommation, un appel au secours mis en scène comme un souvenir de vacances.

historique

  • la machine qui vient – intégrale 14 avril 2007 Confluences | PARIS 20°
  • 11 avril 2007 Confluences | PARIS 20°
  • la machine qui vient -intégrale 14 octobre 2006 Carré des Jalles | Saint-Médard-en-Jalles
  • suivi de kapital_ et précédés de Part de cerveau disponible lever de rideau éphémère du triptyque la machine qui vient) 2 avril 2006 15h30 Biennale de la Jeune Création | HOUILLES
  • 30 avril 2005 15h30 et 19h30festival trouver sonnette à son pied #4 | POITIERS
  • suivi de kapital_ 17 avril 2005 confluences | festival avril#3 | PARIS 20°
  • 18 + 19 mars 2005 théâtre de la lucarne | 15 rue aux arènes | METZ
  • suivi de kapital_ 9 + 10 octobre 2004 Mains d’Oeuvres | On Life! – Villette Numérique | SAINT-OUEN
  • 15 + 16 + 17 avril 2004 POINT éPHéMèRE | PARIS 10° | PARIS
  • 13 + 14 + 15 novembre 2003 Confluences Maison des Arts Urbains | PARIS 20° | PARIS
  • 8 novembre 2003 C.E.R.I.S.E. | dans le cadre du premier Forum Social Local | PARIS 1°
  • 10 -> 13 juillet 2003 – EN GRèVE Gare au Théâtre | VITRY SUR SEINE
  • 30 juin -> 4 juillet 2003 Mains d’Oeuvres | 93400 | SAINT-OUEN

équipe

  • Chloé Chamulidrat
  • Sarah Doignon
  • Laetitia Lafforgue
  • Yann le Bras
  • Guillaume Lucas
  • Lear Packer
  • Nicolas Vercken

mentions

dans la neige électronique avec la machine qui vient est une coproduction ktha compagnie + Mains d’Œuvre

newsletter

Pour recevoir les actualités de la ktha, laissez nous votre adresse. (Environ un e-mail par mois)